skeyes est prête pour l'avenir

skeyes_ceo_johan_decuyper

Johan Decuyper
CEO

skeyes_conseil_administration_renaud_lorand

Renaud Lorand
Président du Conseil d’administration

1

2018 a été une année toute particulière pour skeyes : l’entreprise a fêté ses 20 ans et changé de nom. Pourquoi ?

Johan Decuyper : Le secteur de l’aviation évolue et les besoins de nos clients aussi. C’est pourquoi nous avons lancé un vaste programme de transformation au sein de l’entreprise il y a plusieurs années. Nous avons remis les finances en ordre, investi dans notre infrastructure technique et engagé de nombreux collaborateurs. Notre nouvelle culture d’entreprise – que nous avons élaborée en étroite concertation avec tous nos collaborateurs – a comme éléments centraux la sécurité, l’orientation client, la continuité du service ainsi que les nouvelles technologies. Notre nouveau nom skeyes est le reflet de cette nouvelle identité.

Renaud Lorand : En effet, tout est dans le mot skeyes : nous sommes ‘les yeux du ciel’. Nous sommes le partenaire fiable qui veille à la sécurité du trafic aérien et qui a un œil pour les besoins de ses clients. Nous sommes le partenaire qui fournit des services efficaces et de qualité que les compagnies aériennes et aéroports attendent de nous. Et nous sommes le partenaire qui a les yeux rivés sur l’avenir, notamment en matière de drones et de développement durable. Bien évidemment, tout cela ne serait pas possible sans le professionnalisme et la grande expertise de nos collaborateurs.

2

En Europe, 2018 a aussi été marquée par une forte croissance du transport aérien et de nombreux retards. Comment cette évolution globale se traduit-elle au sein de skeyes ?

Johan Decuyper : Au niveau européen, l’année 2018 a en effet été très difficile : les compagnies aériennes, les aéroports et le contrôle aérien ont accumulé un record qui donne le tournis en matière de retards – plus de 19 millions de minutes. Malgré la croissance du trafic aérien, skeyes a réussi à maintenir son excellent score en ce qui concerne la ponctualité. Avec 98,3% des vols traités sans aucun délai, il s’agit d’un des meilleurs résultats en la matière en Europe. Le retard moyen est très faible et ne représente que 0,11 minute par vol en route chez skeyes alors qu’au niveau européen du FABEC le retard est de 1,40 minute par vol.

Renaud Lorand : Les performances 2018 de skeyes sont excellentes. Pas seulement au niveau de la ponctualité, mais aussi et avant tout en matière de sécurité – notre mission première et priorité absolue. Il en va de même pour nos résultats financiers : l’exercice est bénéficiaire pour la cinquième année consécutive. De plus, skeyes investit pleinement dans ses systèmes, les nouvelles technologies et son capital humain. En 2019, nous passerons le cap des 900 collaborateurs. L’entreprise est à nouveau un acteur respecté en Europe et elle est prête pour l’avenir.

3

La concurrence dans le secteur du contrôle aérien a fortement augmenté. Comment skeyes se prépare-t-elle à ces bouleversements ?

Johan Decuyper : L’aérien est un secteur international par définition. Dans de plus en plus de pays européens, nous voyons que le contrôle aérien est soumis à la concurrence, particulièrement au niveau des tours de contrôle. Notre raisonnement est donc très simple : nous devons être un partenaire fiable et efficace, le fournisseur de prédilection pour nos clients. Les évolutions technologiques de plus en plus rapides risquent également de bouleverser fortement notre secteur. Ici aussi, notre feuille de route est claire : s’adapter et évoluer pour rester un partenaire fiable et efficace. C’est pour cela que nous avons créé une joint-venture pour la formation, que nous investissons dans de nouveaux systèmes et dans les drones – entre autres via notre plateforme numérique droneguide.be et dans des projets pionniers de démonstration « U-space » à l’échelle européenne, en collaboration avec d’autres grandes entreprises comme Amazon et Proximus.

Renaud Lorand : Une entreprise qui n’évolue pas, décline. Pour faire face aux changements du secteur et aux objectifs de performance stricts définis par l’Europe, nous avons lancé fin 2017, en collaboration avec les employés, un grand chantier de transformation au sein de skeyes. On pourrait résumer les lignes stratégiques comme suit : clients, collaborateurs et futur. Nous visons entre autres des contrats à dix ans avec les aéroports avec des objectifs clairs et mesurables, un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée ainsi que des investissements innovants pour relever les défis de demain. Tout cela afin de sans cesse offrir nos services de qualité et professionnaliser notre entreprise.

4

Quels sont les grands défis de skeyes pour 2019 ?

Johan Decuyper : Pour faire face à la croissance du trafic aérien, le recrutement reste une de nos grandes priorités. Cela nous permettra également de travailler à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour nos collaborateurs – une thématique qui nous tient particulièrement à cœur. À côté de cela, plusieurs grands projets vont retenir notre attention en 2019 : tout d’abord, notre application droneguide.be va être étendue. Une version réservée aux pilotes professionnels de drones sera introduite. Nous travaillons également à l’intégration des drones dans le trafic aérien. Ensuite, le contrôle aérien civil et militaire vont être co-localisés sur le site principal de skeyes fin 2019. Pour la première fois dans notre pays, contrôleurs aériens civils et militaires travailleront dans la même salle opérationnelle, ce qui va rendre notre espace aérien plus flexible. Avec EUROCONTROL et la Défense, nous travaillons également à un système unique de gestion du trafic aérien dans l’espace aérien belge. Les tours de contrôle numériques sont un autre grand sujet qui nous préoccupera. Sans oublier les investissements colossaux dans notre infrastructure technique – en cinq ans, nous aurons investi près de 100 millions d’euros.

Renaud Lorand : À côté de ces défis opérationnels, notre attention se porte également sur les défis stratégiques et sociétaux : évolutions du secteur de l’aviation, rôle sociétal et durabilité. Nous élaborons un programme de responsabilité sociale avec de nombreuses actions concrètes à l’échelle de notre entreprise. Nous mettons également en place des nouvelles méthodes de travail, un bâtiment sera d’ailleurs dédié au « New Way of Working ». De plus, nous travaillons en étroite collaboration avec toute une série de partenaires, notamment les compagnies aériennes et les aéroports, pour réduire l’empreinte écologique de notre entreprise et de notre secteur. Que ce soit via des forums collaboratifs ou via l’amélioration constante des procédures comme les atterrissages verts.